Promesse

 

                                      Chapitre IX : Promesse

valrik-chap-12.pngLa salle du conseil était doucement éclairée, à travers les fenêtres, on apercevait, au loin , dans le ciel noir, les vaisseaux qui circulaient.
Valrik et Maître Neja était assis en face du Maître Oteg qui réfléchissait à ce qu’on venait de lui révéler.
-Très ennuyeux que cela dit-il. Très ennuyeux que l’empire ait pu avoir accès à notre central d’archives. Cela signifie que nous ne sommes plus en sécurité….Il va falloir renforcer la garde malheureusement.

-Peut-être pourrions-nous faire appel à l’armée ? Maître
-Oui peut-être…l’armée…. Bien que je n’aime pas trop cette idée…un temple à besoin de calme…pas besoin d’armes…
Valrik prit la parole, un peu intimidé. Pourtant il connaissait Oteg depuis fort longtemps, il avait partagé bien des moments d’entraînement avec lui. Mais avec l’adolescence, il lui vouait un véritable culte. D’ailleurs cela agaçait fortement le padawan et l’empêchait de profiter pleinement de l’opportunité de son enseignement.
Il assura sa voix et dit :
- J’ai observé que le rez de chaussée de la Tour du Savoir avait un accès direct au jardin et que le parcours des droides d’information suivait la barrière extérieure.  J’ai dans l’idée qu’on a dû introduire le droide espion par là. Il est vrai que rien ne ressemble à un droide…qu’un autre droide…
-Oui … comme tu dis , mon jeune padawan. J’ai pris des dispositions à ce sujet, répondit Oteg.

Puis il se retourna vers maître Neja :
-Excuse-moi Neja, mais je désirerais n’entretenir avec valrik…
-Comme il vous plaira Maître, répondit Neja en se retirant.
Le silence régnait.
Oteg regarda fixement valrik et lui dit avec douceur  en riant un peu :
-Mon jeune ami, tu as beaucoup de qualités mais je sens en toi une faiblesse. Tu ne dois pas te sous-estimer…Avant d’être le jedi que je suis, j’ai eu ton âge, ton expérience et mon lot d’erreurs. Il faut que tu dépasses ta timidité envers moi et envers ceux que tu considères plus forts, plus aptes…Dépasser ta timidité,  c’est ne plus te considérer comme inférieur…Tu sais qu’il a beaucoup d’orgueil dans le complexe d’infériorité…C’est attacher, quelque part, beaucoup trop d’importance à sa propre personne…sois simple Valrik…sois simple.
Valrik buvait ses paroles, Oteg l’avait, de nouveau, compris jusqu’au fond de son âme.
Il lui répondit :
-Oui Maître, je comprends …et  je sais.
Oteg lui sourit et continua :
-Je m’interroge beaucoup sur la vision que tu as. Tu as été choisi. Mais tu n’es pas tenu à l’impossible. Fais ce que tu peux. Le raisonnable fait aussi partie du destin des jedi.
-Oui, maître.

Le soir même, alors qu’il était en train de méditer, la voix douce d’Aiis s’infiltra dans son esprit, aussitôt accompagnée d’une vision de la jeune femme. Elle était assise sur du sable, on entendait un bruit de vagues.
Il prit aussitôt la parole et dit avec un sincère  regret :
-Je ne peux pas vous aider.
-Je sais, pas maintenant…Vous m’aiderez… mais plus tard, il n’est pas encore temps, je l’ai vu écrit. Oui …plus tard. Tout n’est pas réalisé encore…
Et la vision disparut.

Valrik sortit prendre l’air. Le jeune homme regarda la ville illuminée au loin, là-bas, où des gens « normaux » vivaient. Il regarda tour à tour, les cinq flèches du temple qui se détachaient dans le ciel. Pour la première fois, il  se sentit une responsabilité énorme vis-à-vis de tous ces gens, vis de  cette planète et vis-à-vis de tous ces mondes qui peuplaient l’infini.
Il se sentit tout petit face à une tâche qu’il n’arrivait même pas à envisager. Déjà, un monde lointain, qu’il ne connaissait même pas lui avait attribué une mission dont il n’avait aucune idée. C’était comme si sa vie était inscrite dans la pierre. Fugitivement, il envia son frère.
Mais très fugitivement.

Solennellement, il se jura que sa vie serait ordonnée et droite comme les grands arbres, plantés devant lui, qui se dressaient vers les étoiles.

suite

précédente

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×