Mission du désert

                desert.png

                                 Chapitre IV : Mission du désert    

 

valrik-chap-4.pngQuelques heures plus tard, il étaient sur la fameuse place  en plein soleil, entourés d’une petite foule de témoins de toutes races et de toutes planètes qui leur expliquaient à grands renforts de gestes ce qui s’était passé.

-Ils étaient trois.

-Mais non cinq !

-Je te dis trois !

Et s’en suivit une querelle qui n’en finissait plus. Ils criaient, s’insultaient, en venaient presque au mains, aux pattes ou aux antennes…selon le cas sous le soleil écrasant, leurs voix raisonnant entre les maisons rondes.

-Allons …du calme… dit Neja…d’ailleurs peu importe le nombre… Où sont-ils partis ?

Un petit jawa aux yeux brillants prit la parole :

 

-Là , derrière ces dunes dit-il en montrant des monticules de sable au loin.

-Pas du tout ! C’était de ce côté dit une humaine à la longue robe bariolée.

Valrik soupira.

-On n’arrivera à rien. Et si on interrogeait la Force …

-Oh mais c’est déjà fait Padawan …pour ma part …et toi qu’en dis-tu ?

-J’en dis qu’il y a tellement de monde ici que c’est difficile de sentir quoi que ce soit.

-Mais c’est toujours difficile…concentre-toi…

Valrik sentit comme une petite empreinte, un souffle qui provenait de très loin derrière les fameuses dunes.

-Je crois que c’est de ce côté…

Ils  laissèrent les habitants à leur querelle et enfourchèrent leur speeder.

Ils étaient accompagnés d’un autochtone, celui qui les avait alertés. Il aiderait à rapatrier les prisonniers dans un petit véhicule volant qui servait, en temps normal au transport des marchandises. Ceci pour ne pas éveiller les soupçons.

 Le sable se décollait du sol et venait leur piquer le visage. Il parcoururent une assez longue distance à toute vitesse slalomant entre les rochers.

Puis quand les choses se précisèrent, ils virent un campement au loin.

Une sentinelle était nonchalamment assise dans le sable regardant vaguement au loin.

Neja, qui s’était accroupie à côté de valrik dit :

-Tu sens comme moi où ils sont ?

-Oui, tout au fond dans la dernière tente me semble-t-il.

-En effet.

La dernière tente se situait entre deux petits monticules. Valrik sentait la résignation et l’appréhension  de la famille.

-Nous allons les prendre par revers, dit Neja. Toi passe à droite,  moi je passe à gauche. Nous nous rejoindrons derrière la tente, avec un peu de chance nous n’aurons pas à faire trop de dégats.

Puis Neja transmit un message au transporteur.

-Allez vous situer à l’arrière de la dune, prêt à décoller.

Neja savait que Valrik, exécuterait le plan à la lettre. C’était dans sa nature, méticuleux et soucieux du détail.

Ils se séparèrent. Valrik  monta agilement, en scrutant les alentours de la Force. Il sentait des présences surgir au fur et à mesure qu’il avançait. Il arriva derrière l’habitat en toile. Neja était déjà là.

La tente s’appuyait contre la dune mais le toit dépassait. Entraînés et expérimentés, ils savaient tous deux comment procéder.

En quelques secondes, Neja déchira la tente puis au moyen de la force ils soulevèrent la famille composée d’ un humain, d’ une humaine et d’un garçon de dix ans et les firent atterrir doucement dans le sable.

-Courez ! dit Jena en montrant l’arrière de la dune. C’est ce qu’ils firent.

Bien que le bruit eût été minime, les hommes des sables proches avaient été alertés.

Comme un seul jedi, Valrik et Neja dégainèrent leurs sabre laser et commencèrent la bataille, la force comme guide.

Les hommes des sables, qui connaissaient la réputation des jedi, abandonnèrent la partie lorsque le premier d’entre eux s’écroula et qu’ils se rendirent compte que les prisonniers étaient perdus pour eux. Ils connaissaient la clémence des jedi et savaient qu’ils partiraient comme ils étaient venus et ils connaissaient aussi leurs prouesses au combat…

-Voilà qui est bien ! dit Neja

Ils rengainèrent leurs sabres et rejoignirent les speeder en contournant, tout de même, le camp pour plus de sécurité.

Quand ils arrivèrent sur la place, c’était la fête !

La foule belliqueuse s’était transformée en foule joyeuse. Tout le monde riait, parlait haut et montrait sa joie à grands renforts de gestes : tapes dans le dos, embrassades et levées de verres. On sentait le soulagement et le bonheur de retrouver la petite  famille qui racontait avec animation son aventure.

-J’aime ces gens dit valrik il sont imprévisibles mais attachants.

Neja se mit à rire.

-Oui pour être imprévisibles, ils le sont…

Mais leur conversation fut interrompue par l’arrivée de trois Tatoiiniens qui les emmenèrent vers un grand tissu à même le sol,  étalé au milieu de la place , recouvert de nourritures diverses et variées, préparées en leur honneur. Et l’on mangea avec bon appétit !

Le soir, ils se retrouvèrent au fond d’une bâtisse  rudimentaire pour dormir. Comme d’habitude, Neja, qui était très désordonnée, avait étalé ses affaires dans tous les sens et avait malencontreusement laissé ses bottes en travers de la porte.

Valrik, qui lui, était très organisé, faillit tomber et poussa un juron.

-Sers toi de la Force pour éviter les obstacles… dit Neja d’une voix endormie.

-Mais vous  pourriez ranger vos affaires à la fin !

-Arrête de râler Valrik…sinon j’instaure la règle des deux….

-Ha.. ! parce que vous croyez que vous allez gagner, répondit valrik en se dévêtant.

- Je crois pas ! J’en suis sûre !

Et ils éclatèrent de rire.

 

 Suite >

< page précédente

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site