Tatooine

 

Quand Serpentine arriva dans la maison de Kigoraz à Tatooine, elle se sentit comme chez elle, comme si enfin elle avait trouvé son foyer, l’endroit qu’elle cherchait depuis toujours, l’endroit où elle serait à sa place. Pourtant elle tremblait de tous ses membres. Qu’attendait-on d’elle encore ? Depuis son enfance, elle réagissait comme une bête sauvage, elle attaquait pour ne pas être détruite ou elle acceptait son sort  pour ne pas être tuer.

Elle regardait, les grandes statues, le désert, les soleils qui se couchaient à l'horizon dans les flammes  rouges qui brillaient de mille feux apaisants, annonciateurs de la nuit,et elle avait une impression de liberté comme jamais. Elle sentait la vie s’écouler dans ses veines. Elle sentait ce vent de liberté qui soufflait en elle comme une promesse.

Kigoraz l’avait sauvée de quelque chose de plus terrible encore si bien que la mort lui paraissait douce à côté..

Ce n’est pas avec appréhension qu’elle le regarda et qu’elle se demanda comment allait évoluer sa formation. Elle sut à cet instant que ce n’était pas la peur qui la ferait obéir mais plutôt une impression d’un dernier refuge face à cette violence qui avait été son destin jusque là.

Si jeune encore, mais avec cran, elle se retourna vers kigoraz et lui dit :

- Seigneur, merci de m’accueillir dans votre demeure. Soyez sûr de mon allégeance envers vous.

Kigoraz regarda attentivement Serpentine. Il devait commencer à lui faire changer son jugement envers l'Empire, envers le conseil noir et l'Empereur. Et bien-sûr envers lui-même...

- Tu es ici comme chez toi, fais ce que bon te semble. Si tu désires quelque chose tu n'as qu'à demander. Maintenant que ta préformation est terminée tu n'es plus l'esclave de l'Empereur, mais de ta propre personne ! Sache qu'ici tu es à l'abri de tout, je te demanderai juste d'être discrète... Très peu de monde connaît cette planque.

Après avoir dit son speech, Kigoraz devint un peu moins sombre et dit d'une voix légère :

- La dernière épreuve n'a pas été trop dure Serpentine? Tu souhaites en parler?

 Serpentine ne pouvait presque pas croire ce qu’elle entendait : faire ce qu’elle voulait, aller où elle voulait. Y avait-il un piège ? Elle regarda Kigoraz dans le yeux et ne vit que de la sincérité. D’ailleurs aucun trouble dans la Force ne lui faisait pressentir de l’animosité.

Alors c’est un grand étonnement qui la submergea. Pouvait-on vivre autrement que dans la violence ? Elle se rappela l’enfant qu’elle avait tué au début de sa formation…le chagrin qu’elle avait éprouvé. Tout cela lui revint comme une vague et elle sentit les larmes lui monter aux yeux. Elle baissa la tête pour ne pas le montrer. Elle devait rester sur ses gardes. Etait-ce un test ? Elle reprit ses esprits pour répondre :

-Cette épreuve fut à la fois facile et difficile Mon Seigneur.

Elle le regarda à nouveau, il semblait l’écouter avec attention. Alors elle s’assit sur le canapé et  tout s’enclencha, elle raconta son enfance…. la peur terrible qu’elle avait de toute sa famille…ces nuits où elle ne pouvait pas dormir parce qu’elle craignait d’être violentée …ces mauvais traitements qu’elle subissait comme une pierre tant elle avait peur de mourir…

Puis elle s’arrêta surprise de s’être confiée à ce point.

-C’est jamais facile de tuer ses parents mais ce fut un soulagement. Je me suis libérée de mon passé en le faisant.

Elle tremblait un peu à la fois à cause de ce qu’elle avait revécu en le racontant et de peur de représailles de son seigneur. Les sith  avaient le cœur sec, ils ne montraient jamais de sentiments, il utilisaient ceux des autres pour les démolir psychologiquement. Elle suspendit son regard pour capter une réaction.

 

(suite en cour d'écriture)

Suite >

< page précédente

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site