Embrouilles

Le lendemain, Zerbeline était en train de se laver après sa dure journée. L’eau  délassait son corps endolori par l’entraînement.  Elle sortit de la douche, s’habilla et traversa le couloir pour aller dans la salle de séjour.
Soudain elle entendit des pleurs dans la chambre de sa mère, Kilae. Elle entra doucement dans sa chambre, celle-ci était assise sur son lit et sanglotait.
-Y’a quoi, mère ? demanda-t-elle dans un souffle.
-Je n’en peux plus Zerbo. Ce travail à la cantina m’empêche de m’occuper de tes frères. Ils se sont fourrés dans un pétrin pas possible ! hoqueta-t-elle.
-Comment ça ?
- Ils se sont mis au service d’un contrebandier qui travaille pour un certain seigneur et ils partent tous les soirs quand vous dormez. Ils ne rentrent que le matin à l’aube.
-Quoi ! se mit à crier Zerbeline. Je m’en suis jamais aperçue. Comment le sais-tu ?
-C’est Rav à la cantina qui m’a dit, répondit Kilaé en sanglotant de plus bel. Je sais plus quoi faire…
Zerbeline la prit dans ses bras et lui dit :
-Pleure pas…j’m’en occupe…C’est pas ta faute…
Kilaé travaillait dur pour nourrir sa famille. Sa vie n’était pas drôle. Se retrouvant seule, avec son chagrin lorsque son père avait disparu, elle avait pris le premier travail qu’elle trouvait : serveuse à la cantina à côté de chez elle.
-Merci ma zerbo…je dois aller travailler …

Zerbeline sortit de la chambre et trouva ses deux frères sur le canapé en train de jouer aux jeux 3D comme d’habitude. Elle les empoigna par le col et les força à se rendre dans la chambre des filles. La petite jouait avec une poupée jedi en plastique. Elle la fit sortir, lui expliquant qu’elle voulait parler tranquillement à leurs frères.

Zerbeline était furieuse, elle les intima à s’asseoir.
-Alors ? c’est quoi ces histoires ?
-Quelles histoires ? répondit Degrin, le plus âgé rigolard.
Zerbeline le fixa et lui dit :
-Ces histoires de contrebandiers ! Et de seigneurs noirs !
-Ben faut bien qu’on ait de l’argent de poche ajouta le petit de treize ans.
-Vous n’avez aucune idée où vous mettez les pieds ! Vous connaissez les seigneurs ? Vous savez ce qu’ils sont capables de faire ?
Zerbeline les regardaient les yeux pleins de rage. Les garçons ne l’avaient jamais vue comme ça, ils étaient décontenancés.
-Asseyez-vous ! Cria-t-elle et regardez ! Regardez ce que l’on nous dit sur eux à l’armée !
Elle mit en route un datacron et choisit un passage devant les yeux terrifiés des garçons. On y voyait un homme torturé par un sith avec des aiguilles ou projeté contre le mur.
Melin se mit à pleurer. Elle éteignit.
Degrin était devenu pâle. Zerbeline se rendit compte de leur terreur et se radoucit un peu.
-Vous comprenez pourquoi je vous mets en garde ?
-Mais, dit Degrin, comment on va faire ? On doit de l’argent à ce contrebandier…c’est pour ça qu’il nous a proposer de travailler pour ce seigneur…J’ai peur Zerbo.
-Que cela te serve de leçon ! A partir de maintenant plus de sortie après l’école ni la nuit. Travaillez les garçons pour vous en sortir. Je m’occupe du contrebandier.
-Oui,  Zerbo répondit le petit en hoquetant.
-Et puis allez dire pardon à Mère…
Ils sortirent tous deux en silence.
Zerbo sortit de l’appartement, descendit dans la rue et se dirigea vers la cantina.
L’atmosphère était joyeuse : on criait, on riait.
-Salut Zerbo ! Dit un humain impressionnant par sa taille assis à une table avec trois autres.
-Salut les gars…ça vous dirait de me donner un coup de main…

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site